2014

LES MOINES DANSEURS DE MAJULI

SATTRIYA – INDE DU NORD-EST

Danses Théâtre Musiques & Chants Sacrés

Direction artistique Bhabananda Barbayan

10308334_491896014246790_7089280884461256258_n

©Marie Dorigny

SPECTACLES

16/720/7   AVIGNON

Récital de Sattriya avec Baburam Saikia & Niranjan Saikia, moines de Majuli 

Du mercredi 16 au dimanche 20 juillet 2014 à 16:00

Chapelle des Pénitents Gris 8, rue des Teinturiers 84000 Avignon

Informations et réservations : Marine d’Aboville +06 62 08 98 22  marine.dabo@wanadoo.fr –  festivaltarkovski.fr/festival-avignon/infos-pratiques

24/7 PONTIGNY (Bourgogne)

Spectacle de Sattriya, Inde du nord-est

Par les Moines Danseurs de Majuli, direction artistique Bhabananda Barbayan

Jeudi 24 juillet 2014 à 21:30

Abbaye de Pontigny 4, avenue de l’Abbaye, 89230 Pontigny

Informations et réservations : +03 86 47 54 99  resapontigny2014@gmail.com – festivaltarkovski.fr/pontigny/infos-pratiques
°
°

STAGES

22/7→27/7 PONTIGNY (Bourgogne)

Stage de danse classique indienne « Sattriya ». Tous niveaux. Par le maître Bhabananda Barbayan, moine de Majuli

Du mardi 22 au dimanche 27 juillet 2014 de 9:00 à 13:00

Abbaye de Pontigny 89230 (Auxerre)

Informations et réservations : +03 86 47 54 99  – f.philippeau@wanadoo.fr – festivaltarkovski.fr/pontigny/pass-pedagogiquefnac.com

30/7→04/8  MONTPELLIER

Stage de Sattriya: danse, percussions et chant. Tous niveaux. Dirigé par le maître Bhabanada Barbayan assisté de Baburam Saikia et Niranjan Saikia

Du 30 juillet au 4 août 2014  de 10:00 à 16:00

Saint Jean de Védas 34430 (Montpellier)

Informations et réservations : mudradanse@gmail.com  – facebook.com/meena.mudradanse  –  mudradanse.com

Originaires de l’Assam, à l’extrême nord-est de l’Inde, les moines de l’île de Majuli pratiquent le Sattriya, art sacré classé  parmi les huit principales danses classiques de l’Inde. Depuis 2008, ils ont régulièrement été accueillis par les musées du quai Branly et Guimet ou le centre Mandapa à Paris, l’abbaye de Sylvanès, les Orientales à Saint-Florent-le-Vieil et Evora (Portugal), les 5 continents à Martigny (Suisse),  etc…

Contact: mathiascoulange@yahoo.fr  +33(0)623286605. majulitour.com

H (35)             

BHABANANDA BARBAYAN

Moine, enseignant, théoricien et artiste charismatique, il s’est produit en public dès l’âge de huit ans, il est l’un des plus primés dans sa discipline. Il enseigne le Sattriya en France (Arta / Théâtre du Soleil, Université Paris 8 et en province). Il est Adhyapak (maître de danse) au sein des monastères et dans divers instituts en Inde. Il a créé la « Sattriya Dance Academy » à Delhi en 2003. Héritier et passeur d’une tradition ininterrompue depuis le 15ème  siècle, il guide au-delà des frontières les Moines Danseurs de Majuli, la meilleure troupe de Sattriya actuelle.

©Fabrice Nicot 86ko

REPERES

La région de l’extrême nord-est de l’Inde est géographiquement séparée du reste du pays. Elle est frontalière avec la Chine, le Bangladesh, le Bhoutan et la Birmanie. l’Assam en est l’état principal. Majuli reste la plus grande île fluviale au monde malgré les dégâts causés par les crues du fleuve Brahmapoutre. C’est le berceau de la culture Sattriya et des tribus mishings.

La dénomination «sattriya» est issue du terme «sattra» qui désigne les monastères néo-vishnouites au sein desquels cet héritage se transmet. Il existe actuellement plus de six cents sattras en Assam dont vingt sur l’île de Majuli. La tradition veut que l’on confie au sattra un de ses enfants masculins âgé de trois à cinq ans afin qu’il se consacre à l’art et la culture en tant que moine célibataire jusqu’à la fin de sa vie.

Les fonctions fondamentales du sattra sont la promotion de la foi par l’enseignement religieux et les rituels dévotionnels, le maintien de bonnes relations au sein de la fraternité, le développement de la spiritualité par la danse, le théâtre et la musique à parts égales avec l’artisanat, l’élevage et l’agriculture.

Depuis le dix-neuvième siècle, l’art sattriya s’est émancipé au-delà des limites des sattras, il est maintenant reconnu et pratiqué par de nombreux laïques, en Inde et à l’étranger. Cependant, seuls les moines en ont gardé le sens rituel d’origine, défini il y a environ cinq cents ans.

Le Sattriya compte parmi les huit danses classiques principales de l’Inde. Il a été créé par le maître Srimanta Sankardeva (1449-1568) qui naquit à une époque de grands troubles politiques, sociaux et moraux et fonda le néo-vishnouisme. Parcourant l’Inde pendant douze ans, il lança le mouvement de la bhakti (dévotion spirituelle), exclusivement dédié au seigneur Krishna en tant qu’être suprême et fondé sur l’amour pour toutes les créatures. Défendant notamment l’abolition des castes, Sankardeva professait : «N’aie jamais de rancune envers d’autres peuples ou religions, maintiens un état d’esprit constructif dans le respect de toutes les religions.» Sankardeva fait désormais partie intégrante de l’histoire de la pensée indienne et a laissé en Assam des marques significatives dans tous les champs de la société contemporaine: agriculture, artisanat, économie, politique, sociologie, philosophie, littérature, langage, musique, danse, architecture, beaux-arts,…

moines de majuli 2 073

PROGRAMME (sous réserve de modifications)

Gayan Bayan: Danse de groupe avec cymbales et tambours. Ce prélude tonique, qui a déjà rencontré un grand succès lors des précédentes tournées, rend hommage à l’espace scénique en tant que lieu sacré. Les interprètes y sont à la fois chanteurs, danseurs et instrumentistes.

Borgeet: Chant (solo et chœur) et musique. Les borgeets sont des chansons sacrées du 16ème siècle composées par le fondateur du néo-vishouisme. Elles transmettent les principes de la dévotion, l’acceptation des autres, l’égalité et la non-distinction par caste. Leur influence sociale est majeure en Assam. Le style complexe est unique en Inde et nécessite une formation spécifique. Il n’y a pas de traité sur la musique Sattriya, les techniques ont été transmises oralement de maître à élève.  A noter : les moines de Majuli ont exhumé un borgeet néo-vishnouite musulman du 18ème siècle qu’ils interpréteront.

Nritta, Chali Nach, Vandana: L’art Sattriya culmine dans les solos de danse pure ou narrative.

Oja Pali: Chorale traditionnelle d’Assam constituée d’éléments dramatiques du traité de théâtre indien de 400 av. J.-C. Placé au centre, le ‘Oja’ (meneur) raconte une histoire par le chant et la danse à l’aide de rythmes, d’airs et de strophes. Le ‘Pali’ est un chœur de chanteurs/danseurs munis de clochettes qui l’encerclent et l’accompagnent. Les danses narratives du Oja Pali sont très intelligibles. Elles sont communes à tous les monastères de l’assam.

Borthal: Danse de groupe dévotionnelle et ludique avec cymbales. Nouvelle variation avec des parties en duo improvisées dont émanent toujours plus de plaisir et de liberté.

Bhaona: Après la danse subtile du ‘Sutradhari’ (maître de cérémonie), une scène de théâtre masqué, chanté et parlé nous conte un épisode de la vie de Krishna dans un style accessible et distrayant.

moines de majuli 2 227

Partenaires: Festival des Arts Sacrés Tarkovski, Abbaye de Pontigny/Micheline Durand, Epi d’Or Arts/Fabrice Nicot – Mudradanse/Meena Rocher – Arts Nomades/Pierre-Alain Baud. Merci à Milena Salvini (Centre Mandapa), Edgar Moroni, Betzabel FalFan, Nadine Delpech, Claudine Levet, Edith Nicol,  et d’autres encore…

MUDRADA.jpgepidor2   logo-arts-nomades 2

 

%d blogueurs aiment cette page :